FaceBook   YouTube  
English
Informations techniques apiculture
Infos Techniques
Produits d'elevage apiculture
Produits d’élevage
Vente Matériel
Miels & Cie apiculture
Miels & Cie
Accueil > Infos Techniques > Frelons asiatiques > Piégeage des fondatrices par phéromones

Piégeage des fondatrices par phéromones

Par L.GANDILLET et J-P VINCENT

COMPORTEMENT DES REINES FONDATRICES FRELONS VESPA VELUTINA NIGROTHORAX

Comme en 2009 nous avons effectué en 2010 le piégeage des fondatrices de la mi-mars au 15 Juin environ. Nous en avons profité pour tester un nouveau piège qui s’avère spécifique à l’usage, et d’un cout de réalisation et d’entretien très faible ( 2 euros environ).
Les résultats sont excellents (à 100%) sur tous nos ruchers, pas de frelons asiatiques devant nos ruches en septembre et octobre. Nous pouvons dire que maintenant nous avons une solution pour protéger nos ruchers dans nos campagnes (sous réserves de suivre nos conseils), en ville c’est une autre histoire...
Des collègues apiculteurs qui ont suivi nos conseils n’ont pas été inquiétés cette année par les attaques de frelons asiatiques.
Durant les mois d’Avril et Mai, nous avons observé une mauvaise fécondation des reines sur les ruchers d’élevage et pour les ruches qui ont essaimé. Nous pensons que le frelon asiatique n’est pas étranger à ce problème. L’année prochaine nous allons augmenter les surfaces neutres en invitant tous nos collègues apiculteurs à piéger comme nous.
Par contre, les élevages de reines de fin de saison ont donné satisfaction !

Il y a deux ans, devant la mise en évidence de la phéromone de marquage secrétée par les reines frelons fondatrices, nous étions surpris de les voir venir directement sur nos pièges sans appâts où régnait une odeur pestilentielle. Nous voulions en savoir plus sur l’utilisation de la phéromone qu’elles secrètent car les résultats de piégeage à 100% sur nos ruchers ne sont pas fortuits.
En fait la réponse nous avait été donnée par le M.H.N ( Muséum Histoire Naturelle ) avant la découverte de Quentin Rome sur la phéromone de contact : les reines fondatrices se livrent une compétition acharnée au printemps pour la possession des lieux (nourriture). Il est donc inutile de piéger, la sélection naturelle s’en charge.
Nous étions totalement désarmés à l’époque. Aujourd’hui, avec le recul, ces propos prennent une toute autre valeur. Nous avons appris à mieux connaître les comportements alimentaires, de défense et d’attaque des nids, des reines fondatrices. Ce sont elles que nous devons neutraliser au printemps pour éviter l’infestation durant l’été de nos ruchers. La reine fondatrice est confrontée à deux problèmes alimentaires : le sien et celui de ses larves (qui est totalement différent). De plus la fondatrice doit construire son nid très rapidement et le défendre contre les autres reines qui veulent prendre sa place. Ces luttes acharnées conduisent à la mort de l’une où l’autre des (sinon des deux !). Et le nid sera attaqué en moyenne cinq à six fois durant le printemps. Dès qu’elles arrivent sur une nouvelle zone, le premier travail des fondatrices assaillantes est de prendre possession des nids existants et de tuer la propriétaire des lieux. Un peu comme pour l’élevage de reines : la première reine qui naît tue les autres, immédiatement et avant toute chose.

Question : Comment les assaillantes découvrent-elles les nids existants ?
Grâce à la phéromone déposée sur et dans le nid par la reine fondatrice. Et c’est pour cette raison que nos pièges fonctionnent sans appâts où presque. Les pièges étanches "auto-phéromonés" constituent des leurres. Pour les reines arrivant sur zone, ils sont considérés comme de véritables nids de frelons à neutraliser. Nous avons observé fréquemment les reines fondatrices entrer directement dans les pièges sans se préoccuper de leurs contenus et des ruches avoisinantes.
Cette phéromone est détectée à plusieurs kilomètres par les fondatrices. Toutes les fondatrices dans un rayon de trois kilomètres viendront vers les pièges, beaucoup périront en chemin de faim et d’épuisement, les autres les plus résistantes, les plus endurantes atteindront leur but et finiront noyées dans le piège. C’est le comportement de compétitivité énoncé le M.H.N.

Ces pièges doivent rester actifs de la mi-septembre à la fin Juin pour capturer les jeunes fondatrices :

Piège à frelons asiatiques
Piège à frelons asiatiques


- durant l’automne, pour limiter le nombre de fécondées,
- en hiver, pour éviter leurs entrées dans les ruches,
- et surtout fin février pour les captures des premières fondatrices affamées.
Pour l’appétence, nous passons sur le bas du goulot de la bouteille un peu de miel avec le doigt tous les quinze jours.

Les fondatrices ne font pas de réserves comme les abeilles. Elles se réfugient dans un tronc d’arbres dés les premiers froids et passent l’hiver à l’état léthargique. Dés que la température repasse au-dessus de 10°C elles sortent pour chercher de la nourriture sucrée. Il n’est pas rare de les voir butiner des fleurs de camélias en Janvier, ou de pénétrer dans des ruches pour sucer le miel ou le sucre candi.
Ces constats nous obligent à affiner la disposition des pièges dans nos ruchers. Inutile d’en placer sous les ruches, à côté des planches d’envol. Il faut les positionner à quelques mètres des ruches, devant où derrière, et à hauteur d’homme pour pouvoir les manipuler plus facilement.
Le seul impératif : il faut que le piège soit étanche. (voir détails construction plus-bas).
2 à 3 pièges (photo) pour un rucher de vingt ruches suffisent largement

Nous savons avec les statistiques établies par les communes qui détruisent systématiquement tous les nids, que le taux de multiplication est compris entre 7 et 10. C’est-à-dire qu’un nid de frelons de cette année générera sept à dix autres nids l’année prochaine. Sans la sélection naturelle énoncée plus haut, le taux d’infestation passerait de 40 à 50 / nids.

En sortie d’hiver, la reine fondatrice ne consomme que du sucre. Elle ne capturera des insectes qu’au moment de l’élevage des premières larves. Elle devra alors trouver et ramener au nid une nourriture riche en protéines, composée d’insectes. Dans un périmètre proche, elle doit trouver des insectes en abondance, faciles à capturer. Pour assurer le développement de la colonie, la reine devra également se nourrir et trouver de l’eau et des écorces tendres pour construire le nid. Un environnement pas si facile à trouver ! Les ruchers constituent une aubaine ; tous les nids sont positionnés à quelques centaines de mètres de ruches. D’après le M.H.N 90% de la nourriture des larves est fournie par la capture des abeilles. Pas d’abeilles, pas de développement des frelons asiatiques ...

Beaucoup d’apiculteurs n’observent pas de frelons asiatiques devant les ruches au printemps.
En Mars et Avril les reines fondatrices construisent leurs nids (situés à proximité des ruches), pondent les premiers œufs et défendent leur position. Et nous l’avons vu, seulement deux à trois nids se développeront normalement. De se fait, deux ou trois fondatrices viendront capturer les abeilles jusqu’en juin, en fin de soirée où après une ondée pour nourrir leurs larves. Pas si facile à repérer ...

La bataille entre reines fondatrices pour la possession des lieux de nourriture se passe à proximité des ruches. Nous l’avons vérifié cette année à Audenge, où nous avons effectué un piégeage ciblé des fondatrices. Les nids qui sont actuellement détruits se trouvent tous à quelques centaines de mètres de petits ruchers.
Le frelon asiatique est un problème que les apiculteurs peuvent contrôler à condition de mettre en place des actions concertées, et d’adopter un comportement solidaire.

LE PIEGEAGE DES FONDATRICES
Piège à frelons asiatiques
Piège à frelons asiatiques

Ce piège a été conçu en fonction de plusieurs paramètres
- L’efficacité (étanchéité),
- La spécificité,
- La facilité de réalisation,
- L’entretien du piège,
- Le prix de revient du piège,

En observant le comportement du frelon asiatique nous nous sommes aperçus que lorsqu’il saisissait une abeille, il tombait au sol comme un caillou. Nous l’avons vérifié dans une bouteille de 5 litres : dès son entrée dans la bouteille il tombe directement au fond et se noie dans le liquide. En absence de liquide, son vol se limite à quelques centimètres au- dessus du fond. Il ne ressort jamais de la bouteille.
Nous avons observé le comportement des mouches et des papillons, qui eux volent à l’intérieur et ressortent aisément par le goulot de la bouteille. Ce piège est devenu spécifique à 95% il n’y a pour ainsi dire que des frelons à l’intérieur. L’appât que vous mettez dans la bouteille n’est pas pollué ou absorbé par tous les autres insectes : c’est donc mon d’entretien en cours de saison.

LA RÉALISATION DU PIÈGE
Fabrication du piège à frelon
Fabrication du piège à frelon

Pour construire ce piège il faut approvisionner :
- 2 Bouteilles d’eau de 5 litres,
- 1 Bouteille de 1,5 litres de préférence carrée (bouteille jus de fruits),
- 2 Bouts de ficelle de longueur 60cm environ,
- 1 Tube de colle,
- 1 Cutter

  • Opération 1 :Couper une des deux bouteilles de 5 litres au niveau de la première rainure de façon à ce qu’elle puisse bien s’emmancher dans l’autre bouteille de 5 litres.
  • Opération2 : Couper les deux extrémités de la bouteille carrée de 1,5 litres.
  • Opération3 : Faire un trou dans la bouteille carrée de 1,5L au centre d’une face au diamètre du goulot de la bouteille de 5L
  • Opération 4 : Déposer un film de colle épais sur la base du goulot de la bouteille coupée
  • Opération5 : Coller la bouteille de 1,5lt en l’enfonçant dans le goulot de la bouteille de 5 litres coupée ( la surface plane de la bouteille permet une meilleure adhérence ainsi qu’une bonne étanchéité. Le goulot de la bouteille de 5L doit remonter dans la bouteille de 1,5L.
  • Opération6 : Coller les deux bouts de ficelle sur l’autre bouteille de 5L (celle qui n’a pas été coupée) sur les côtés dans les rainures. Dés que le film de colle est sec le piège est prêt.
  • Opération7 : Poser et enfoncer la partie haute du piège sur le réservoir c’est fini.

    Piège réalisé en 10 minutes environ et dont le prix de revient est estimé à 1,6 €

PRÉPARATION DE L’APPÂT
  • Enlever la partie haute du piège,
  • Verser dans le réservoir le contenu d’une canette de bière (blonde, brune où simplement du panaché) + un peu de grenadine,
  • Passer dans le bas du goulot du réservoir avec votre doigt un peu de miel. Les fondatrices affamées seront obligées de rentrer dans le réservoir si elles veulent sucer le miel.
  • Replacer la partie haute du piège sur la bouteille réservoir, maintenir avec les ficelles et le placer sur son support.
Positionnement du piège
Positionnement du piège à frelon
Positionnement du piège à frelon


Placer le piège à deux où 3 mètres de distance de vos ruches ( devant où derrière) et à hauteur d’homme pour des raisons de commodité.
Deux à trois pièges suffisent pour un rucher composé d’une dizaine de ruches

Entretien du piège

Du de la sélectivité du piège, on ne rajoute une canette de bière que tous les deux mois environ,
Par contre, tous les quinze jours, nous conseillons de repasser dans le goulot du réservoir, du miel avec le doigt (ceci pour rendre le piège plus performant)

Durée de la campagne de piégeage : 20 février au 20 juin